Post thumbnail

A WAY OUT

Alors que le monde du Gaming ne vit, à l’heure actuelle, principalement que pour le Battle Royale ou la compétition eSport, Electronic Arts arrive en ce début d’année avec un concept de jeu totalement différent basé uniquement sur la coopération. A Way Out débarque avec un style qui le démarque du reste, et nous allons pouvoir constater si oui ou non le pari est réussi.

Tout d’abord, un point sur le scénario. On incarne ici Léo et Vincent, deux mecs envoyés en prison pour deux raisons différentes mais dont une chose les réunit : l’enfoiré qui les a envoyé là. Ils en veulent donc tous les deux à la même personne. Ils n’ont donc qu’une seule idée : se venger. Oui mais comment se venger, l’un et l’autre, ici ? Il faut s’évader et on se retrouve avec un scénario à la Prison Break, ou les deux hommes devront s’aider pour sortir, mais également pour survivre en dehors en cavale afin d’assouvir respectivement leur vengeance. Et pour cela, il faudra que pour qu’un des deux effectue une action, l’autre détourne l’attention des gardes. Pendant qu’un des deux actionne un levier, l’autre devra être à la réception. Le principe de coopération est exploité à fond, dans un titre qui est exclusivement basé sur cette valeur.

Car oui, dans ce jeu il n’y a pas de mode solo, pas de multijoueur en ligne, uniquement jouable à deux dans un jeu où il n’y a qu’une seule histoire, où la voie est quasiment toute tracée (il n’y a pas vraiment de choix qui permette de partir vers l’une ou l’autre option, l’histoire est déjà écrite et seule la fin peut éventuellement changer, mais pas énormément.)
Les habitués des jeux Nouvelle Génération vont donc crier au scandale, pour ce genre de système, sans multijoueur online ni d’Open World, mais pour ma part j’ai trouvé le concept vraiment original et surtout l’histoire est vraiment très bien ficelée. La durée de vie est en somme toute correcte, pour un jeu de ce genre (il nous a fallu 7 heures pour en venir à bout, en y comptant quelques fails), mais il faudra bien recommencer une autre fois, afin de platiner le jeu si le cœur vous en dit.

Oui, car là est la grande particularité de ce jeu. En effet, une seule version est nécessaire pour y jouer à deux en ligne. Le jeu est jouable en locale, en écran partagé (à la bonne époque PS1/PS2, ça fait plaisir ! ), mais il y a également en écran scindé en deux en ligne (ce qui permet notamment d’aider son partenaire dans diverses situations, le concept est vraiment très bien pensé), et surtout seulement l’un d’entre vous à besoin d’acheter le jeu, l’autre n’a qu’à télécharger le Pass Ami (disponible via le PlayStore). Ce qui revient à diviser si vous vous débrouillez bien, par deux le prix du jeu. Et très honnêtement, 15 euros chacun dans un jeu neuf avec un concept novateur et des graphismes corrects, un gameplay sympa et une histoire plutôt cool, ce n’est pas cher payé. Malheureusement, une fois cette expérience terminée, il n’y aura rien d’autre. Les studios ont d’ores et déjà annoncés qu’il n’y aurait aucun DLC, et que de toute manière ils se consacraient déjà à un tout autre projet.

 

En résumé, un jeu sympa à acheter à deux ou éventuellement à tester lors d’une future baisse de prix. Le concept est bon, et on ne peut qu’espérer que ce genre de Gameplay revienne dans le futur. Il ne s’agit pas d’une énorme révolution mais disons qu’on ne peut pas crier au hold up après y avoir joué. Une bonne expérience, à tenter entre amis, qui montre qu’il n’y a pas besoin de compétition ni même d’Open World pour s’amuser et qu’une simple histoire peut suffir.

Sebastien

Add comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.